Edito

 

Dimanche 15 septembre 2019

 24ème Dimanche du temps ordinaire

Références des lectures de ce dimanche : (Ex 32, 7-11.13-14 ; 1 Tm 1, 12-17 ; Lc 15, 1-10)

 

Réjouissez-vous !

 

Quelle joie, quel bonheur le Christ nous enseigne dans les paraboles de la miséricorde, proclamées ce dimanche ! Oui, il n’y a pas de plus grande joie que de savoir être pardonné par Dieu !! C’est fou, cet amour du Père qui va jusqu’à donner son Fils unique sur la Croix pour le salut du monde, pour le salut des pécheurs. Cet Amour nous en vivons tout au long de notre vie chrétienne, nous en sommes témoins, et nous en somme les porteurs au monde. Ce pardon du Seigneur, nous avons la grâce de le recevoir dans le sacrement de la confession : celui-ci n’est pas le lieu où je me culpabilise de mes péchés mais le lieu où je prends conscience de l’amour que le Christ a pour moi. Si dans la confession j’avoue mes propres péchés (et non ceux de mon entourage…), c’est d’abord l’amour de Dieu que je suis invité à contempler. Et ce qui est fantastique, c’est que, par les paroles du prêtre, je suis sûr d’être pardonné ; se confesser à un prêtre est une façon de mettre sa vie entre les mains et dans le cœur de quelqu’un d’autre qui agit alors au nom de Jésus et à sa place. C’est une façon d’être concret et authentique : il s’agît de se placer face à la réalité en regardant quelqu’un d’autre, et non pas face à un autre soi-même, reflété dans un miroir… C’est vertigineux ! Alors courons, courons nous confesser. Nous faisons la joie des anges et des saints du ciel. Nous serons la joie de Dieu…

Belle rentrée à tous !