Edito

 

Dimanche 26 novembre 2017

Solennité du Christ, Roi de l’univers

Références des lectures de ce dimanche : (Ez 34, 11-12.15-17 ; 1 Co 15, 20-26.28 ; Mt 25, 31-46)

 

« Ne nous laisse pas entrer en tentation »

Dimanche prochain, premier dimanche de l’Avent et début de l’année liturgique, la traduction française du Notre-Père va changer.

Au lieu de dire : « ne nous soumets pas à la tentation », nous dirons : « ne nous laisse pas entrer en tentation ». Il va falloir prendre l’habitude, le plus tôt sera le mieux. Mais sans doute cela ne nous demandera pas un grand effort, car nous sentons bien la difficulté que pose la traduction actuelle. On peine à comprendre que Dieu puisse lui-même nous soumettre à la tentation, voire nous tenter. Certes, après son baptême, le Christ est poussé au désert pour y être tenté, mais la tentation vient du diable, et non de Dieu.

Saint Jacques dit dans sa lettre : « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : ‘ma tentation vient de Dieu’, Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne » (Jc 1, 13). La tentation, et le combat réel qu’elle implique, font partie de notre condition de pèlerins, cheminant vers le Royaume. Tentation du doute qui menace notre foi, tentations du Démon qui veut nous éloigner de la fidélité à l’amour de Dieu. Mais dans ce combat, nous luttons à la suite du Christ, qui est victorieux par son obéissance jusqu’au bout. « Dans toutes ces choses nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés » (Rm 8, 37). « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».

Que cela soit le cœur de notre prière pour cette année qui vient.

Bonne semaine.